Mongolie : « L’agriculture biologique est la solution »

Publié le 13/10/2014
Mongolie
Mongolie : « L’agriculture biologique est la solution »
 

Dans ce large pays coincé entre la Chine et la Russie, Caritas Mongolie s’investit auprès des populations pauvres particulièrement touchées par l’insécurité alimentaire, comme en témoigne le père Pierrot Kasemuana,  directeur de ce partenaire du Secours Catholique-Caritas France.

« La Mongolie dépend à plus de 80 % des importations alimentaires, à l’exception de la viande et de ses dérivés. La Chine, premier partenaire de ces importations, introduit dans la société mongole des produits de mauvaise qualité, car cultivés avec un excès d’engrais chimiques. La santé de la population s’en ressent, alors qu’elle est déjà fragilisée par une consommation quasi exclusive de viande.

Par ailleurs, l’activité agricole décline nettement. Les jeunes rejoignent la capitale, ce qui pose la question de l’avenir des exploitations agricoles. Vient s’ajouter à cela un climat défavorable à l’agriculture durant une grande partie de l’année. Le gouvernement fait des efforts pour encourager le développement de l’agriculture biologique, mais cela exige plus d’investissements et les denrées produites restent toujours plus chères que celles provenant de l’importation. Pourtant, c’est la solution.

L’agriculture biologique permettrait d’améliorer la santé des Mongols, mais aussi de protéger l’environnement. La Mongolie possède un écosystème très fragile, dégradé par l’utilisation que font les gros producteurs des engrais chimiques. »

Clémence Véran-Richard
Crédits photos: © Sébastien Le Clézio/Secours Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème