Reportage : fringues et convivialité

Publié le 07/10/2014
Montfort
Reportage : fringues et convivialité
 

À Montfort, dans le Sud-Ouest, la boutique solidaire du Secours Catholique est un véritable lieu de convivialité qui rassemble toutes les générations et permet à ceux qui en ont besoin d’être écoutés et aidés.

« Un endroit qui fait du bien. » Voilà comment Pascale, animatrice au Secours Catholique des Landes, décrit la boutique solidaire de Montfort-en-Chalosse. Et à voir tout le monde qui y défile, pour essayer des vêtements, boire un café ou juste papoter un moment, il paraît difficile de la contredire.

Idéalement placée dans la Grand-Rue de Montfort, un joli village du XIIIe siècle situé en plein cœur des Landes, la boutique attire des curieux de passage et une foule d’habitués. Ici, on trouve des vêtements pour tous les goûts et tous les âges, à moins d’un ou deux euros la pièce.

« La vitrine est toujours soignée, les vêtements sont mis en valeur. Il faut que les gens aient envie de pousser la porte », déclare Monique, 60 ans, qui possède l’énergie d’une jeune femme et l’accent chantant de la région.

Voilà donc huit ans que Monique s’occupe de la boutique – et de ses visiteurs – avec entrain, entourée par une quinzaine de bénévoles. « L’équipe se relaie pour ouvrir deux demi-journées par semaine et un samedi par mois, explique cette dynamique responsable d’équipe. Et le lundi après-midi, nous recevons et trions les dons : environ 10 % d’entre eux sont gardés et vendus en boutique après avoir été lavés et repassés, le reste est récupéré par une société d’insertion qui s’occupe du recyclage. »

« Une équipe fantastique »

« Cela fait cinquante ans que je vais sur les marchés de fripes, j’adore ça ! » témoigne en souriant une femme qui passe à la caisse les bras chargés de vêtements. Une jeune mère déambule dans la boutique, avec sur ses talons un jeune enfant qui babille. « Le petit connaît la boutique depuis qu’il est bébé, il est ici chez lui ! » précise une bénévole.

Ceux qui poussent la porte de la boutique trouvent bien plus que des vêtements à bas prix : de la chaleur. Peu à peu, autour d’un café ou au détour de la cabine d’essayage, la confiance s’installe et, parfois, les mots qu’on taisait se libèrent.

Annabella, 32 ans, d’origine portugaise, a trouvé auprès des bénévoles une écoute bienveillante et a eu le courage de raconter son histoire. Née en France, elle a dû suivre ses parents retournés vivre au Portugal l’année de ses 13 ans. « Très vite, elle a eu la nostalgie de la France et, adulte, elle a décidé de revenir ici, relate Monique. Elle a laissé la garde de son fils à ses parents, le temps de trouver du travail. Mais entre-temps, les parents ont décidé de retenir l’enfant au Portugal. Une procédure judiciaire a été engagée ; Annabella a perdu, faute de justifier de revenus suffisants… Alors à la boutique, on s’est tous mis au travail pour lui trouver un emploi stable. On est allé frapper à la porte du conseil général, qui l’a embauchée comme agent d’entretien, puis a accepté de prolonger son contrat. Il a fallu ensuite constituer un dossier en vue d’une nouvelle audience, qui a eu lieu au Portugal en juin… Et on a gagné ! Son fils de 6 ans est en France depuis huit jours. » « Il a repris l’école aujourd’hui, confirme Annabella, un sourire épanoui aux lèvres. Je suis heureuse. J’ai une équipe fantastique avec moi. »

Un prétexte à la rencontre

Aider, par de petits gestes ou de longs combats, ceux qui en ont besoin, les sortir de l’isolement, les mobiliser autour de projets communs : voilà tout le sens de l’engagement des bénévoles des boutiques solidaires. « Cela a totalement changé la manière de faire du bénévolat, explique Fabienne Soteras, animatrice dans le Béarn, où six boutiques ont vu le jour depuis 2006. Ce sont des lieux qui permettent très largement de faire connaissance avec les personnes, puis de les accompagner et de définir avec elles un projet personnel ou professionnel. Nous avons mis en place des ateliers de toutes sortes, du jardinage à l’informatique. Les vêtements sont un prétexte à la rencontre. »

À Montfort, l’équipe s’attelle actuellement à la préparation d’un défilé qui réunira en avril prochain tous ceux qui le souhaitent, bénévoles et habitués de la boutique. Une manière pour chacun de se sentir « impliqué, reconnu, en famille, constate Pascale. La convivialité est très importante ».

Il y a quelques mois, une pièce de théâtre avait été montée par le Secours Catholique, en partenariat avec une association locale et la paroisse. Jouée devant des personnes isolées, elle avait rencontré un vrai succès, et est restée dans toutes les mémoires. « Ah oui, on avait beaucoup répété ! » se souvient avec fierté Marie-Claire, l’une des apprenties comédiennes. Une nouvelle représentation est prévue pour bientôt ; l’enthousiasme est déjà là.

Marina Bellot
Crédits photos : © Patrick Delapierre/Secours Catholique-Caritas France
Trois hommes admirent leur récolte de salade
Plus d'informations
Économie solidaire
# sur le même thème