RSA : la vision très critique des bénéficiaires

Publié le 03/05/2012
France
 

Une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) montre perplexité et désaffection des bénéficiaires concernant le volet « activité » du revenu de solidarité active (RSA). Le Secours Catholique met l’accent sur le nécessaire décloisonnement de l’insertion sociale et de l’intégration professionnelle.

Non-perception de l’augmentation de leurs revenus par les bénéficiaires du RSA activité, complexité du calcul et manque d’explications de la part des institutions, font éprouver « une réelle difficulté à apprécier les effets de l’allocation sur les conditions de vie », note le Crédoc.

Incompréhensions

La baisse de l’allocation « quand on travaille plus » suscite l’incompréhension, alors que le système est présenté comme apportant un complément aux revenus du travail pour encourager la reprise ou l’augmentation d’activité de ses allocataires. De même, la soustraction de la prime pour l’emploi (PPE) des sommes reçues au titre du RSA est mal perçue. La PPE, versée en une fois, « permettait de couvrir certains besoins ponctuels (vacances des enfants par exemple) qu’une allocation mensuelle ne permet pas réellement d’anticiper », constatent les auteurs de l’étude du Crédoc.

Référent introuvable

Par ailleurs, les engagements « réciproques » entre allocataires du RSA et administrations – la « contractualisation » – ne sont pas « perçus comme des outils réellement utiles », le suivi est administratif, « stéréotypé », « inutilement contraignant », le « référent unique » introuvable, etc.

« Le redéploiement des systèmes d’information des conseils généraux », responsables du RSA, et des CAF, organismes payeurs, « est en cours », rapporte pudiquement l’étude, cela alors que la RSA est entré en vigueur il y a près de trois ans…

Travailleurs précaires reconnus

Crise et forte hausse du nombre d’allocataires au moment de la création du RSA en ont limité les effets, nuance encore le Crédoc. Quant aux bénéficiaires, potentiels ou actuels – seulement 445 000 fin 2011 – du RSA activité, ils reconnaissent un seul « mérite » à la prestation : celui d’avoir donné de la visibilité aux travailleurs précaires, « juste reconnaissance de leur impossibilité de pouvoir vivre correctement de leur travail ».

Coordination, décloisonnement… toujours en cours

Au Secours Catholique, Jacques Lepage met l’accent sur le nécessaire rapprochement de l’insertion professionnelle et de l’insertion sociale des personnes, actuellement éclatées entre différentes administrations. Les pactes territoriaux d’insertion doivent justement « coordonner et décloisonner » » ces intervenants, mais les départements tardent à les mettre en place…

Notes:

[1] Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, « Les effets du RSA peu perceptibles par les bénéficiaires », Consommation et modes de vie, n° 250, avril 2012.

François Tcherkessoff
© PhotoPQR/L’Alsace/Jean Francois Frey/Maxppp
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème