Synode : « Des débats ancrés dans la réalité des familles »

Publié le 14/10/2014
Synode : « Des débats ancrés dans la réalité des familles »
 

Le sujet de la précarité qui touche les familles a-t-il été abordé jusqu’ici ?

Les débats se tiennent à huis clos mais des informations arrivent néanmoins jusqu’à la presse, et lundi 13 octobre, un résumé des travaux de la première semaine a été rendu public. Si nous n’avons pas encore de prise de position officielle du Synode, nous savons déjà que la précarité qui touche les familles a fait partie des échanges. On note par exemple que les aspects culturels, sociaux de la vie des familles ont été considérés comme importants dans la réflexion.

Le rapport à la consommation a aussi été pointé du doigt : en effet, la manière dont on vit peut amener le développement de la solitude, l’expression d’une certaine violence... C’est encourageant pour le Secours Catholique-Caritas France d’entendre que l’attention à l’environnement sociétal, et l’impact qu’il peut avoir sur les familles, est présent dans l’esprit des Pères synodaux.

Pourquoi est-ce important ?

Pour nous, partir des situations existantes des familles est une piste porteuse pour l’Église dans la réponse qu’elle formule dans la pastorale familiale. Dans le texte récapitulatif de la première semaine du synode, il est noté plusieurs fois l’importance du regard positif à poser sur les familles, notamment pour pouvoir « soigner » celles qui sont « blessées ». Avoir une attention sur les réalités du quotidien de chacun permet de voir les vraies blessures, les vraies souffrances, les chemins de pardon difficiles et de chercher ensuite comment les accompagner. Cette question de l’accompagnement ouvre alors celle de la formation : sommes-nous prêts et formés à cet accompagnement de tous et en particulier les plus fragiles ?

Les travaux du synode sont-ils déjà un signal fort envoyé aux diocèses du monde entier ?

Dans le compte-rendu des échanges de la première semaine de travail apparaît : « L’Église a à se tourner avec respect vers ceux qui participent à sa vie, même de manière imparfaite, pour apprécier les valeurs positives qu’ils conservent plutôt que leurs limites et leurs manquements. » Même si ce texte n’a aucune valeur doctrinale, c’est un appel clair à faire de l’accueil bienveillant une règle cardinale dans nos églises. Cet extrait a pour vocation à devenir concret ; chaque diocèse aura à voir comment l’adapter à ses réalités particulières.

En outre, un leitmotiv revient régulièrement : c’est pour « redonner confiance et espérance que l’on doit accompagner avec attention et sollicitude les enfants les plus fragiles ». Les Pères synodaux rappellent avec force qu’en Église, les personnes en difficultés ou en souffrance, quel que soit leur âge, sont comme la brebis égarée de l’Évangile, elles doivent être recherchées pour en prendre soin. Et cet acte, au-delà de l’aide fraternelle, peut aider à retrouver l’espérance en demain.

Propos recueillis par Sophie Lebrun

© Fabio Frustaci/Eidon/MaxPPP
Portrait de famille
Plus d'informations
Soutien aux familles et à l'enfance
# sur le même thème