Syrie : « Les pauvres sont devenus misérables »

Publié le 10/07/2013
Syrie
 

Hausse du coût de la vie et de l’insécurité, inflation, coupure de l’électricité : à Damas, comme dans le reste de la Syrie, les conditions de vie se sont durcies face à la violence et à la crise économique. Sur place, la Caritas Syrie s’est fixé cinq priorités pour agir, comme l’explique Mgr Antoine Audo, président de Caritas Syrie.

« Un soir de juin 2013, alors que l’électricité est coupée dans Damas, je marche dans le quartier populaire de Tabbalé. Dans les petites ruelles noires, les gens circulent, se croisent, chacun sa lampe électrique à la main. C’est un quartier populaire où habitent des chrétiens et des pauvres syriens de toutes les régions, et surtout de la campagne.

Je me suis dit, voilà la Syrie profonde, la Syrie civilisée, la bien-aimée Syrie comme se plaît à le répéter notre pape François. Mais que reste-il de cette Syrie ? Qui va nous sauver de la violence et de la crise économique, et nous rendre notre dignité ? Cette dignité, cette détermination, ce sens de la citoyenneté qui pousse au respect de l’autre, et qui amène sur le chemin de la paix et de la réconciliation. Nous en sommes bien loin.

L’inflation fragilise l’économie syrienne

La crise économique est quelque chose qui touche toutes les couches de la société. Les riches sont devenus classe moyenne, la classe moyenne est devenue pauvre, les pauvres sont devenus misérables et beaucoup de misérables sont devenus brigands !

À Caritas, le phénomène de l’inflation de la livre syrienne nous touche. Début 2011, au début des événements, 1 $ américain équivalait à 50 livres syriennes. Aujourd’hui 1 $ américain a atteint, et même dépassé les 200 livres syriennes. Dans la monnaie locale, un salaire moyen équivalait à 400 $ américains, aujourd’hui il est réduit à 100 $ américains.

Tout le monde parle de la cherté de vie quotidienne, à commencer par la nourriture, en passant par les transports et en arrivant aux médicaments. Tout le monde est fatigué à cause de l’insécurité, du coût de la vie élevé ou encore du nombre croissant de maladies ; les gens sont de plus en plus fragilisés, psychologiquement et physiquement.

Les cinq priorités de Caritas Syrie

Caritas Syrie continue ses activités à travers les six régions du pays : Damas, Alep, Homs, Hassaké, Horan et Littoral. Équipes et centres se développent et se modifient afin de répondre aux besoins des familles tant éprouvées par la guerre. Caritas Syrie se donne cinq priorités – nourriture, médicaments, aide au loyer, scolarité et assistance aux personnes âgées – et laisse aux régions l’organisation et le choix des projets selon les besoins.

Par ailleurs, nous mettons l’accent sur la formation des volontaires et de tous les responsables des projets, nos partenaires insistent sur la qualité des projets accomplis. Nous investissons beaucoup au niveau de la formation pour être efficaces et opérationnels à long terme.

Face à la violence et à la crise, la résistance

Mais lors de mes visites pastorales, j’ai remarqué comment des gens qui vivaient correctement et qui donnaient de l’argent aux pauvres sont devenus eux-mêmes pauvres, traversant des moments de dépression. Ils ne se rendent pas compte : ils sont sous le choc et ne savent pas quoi faire. L’économie étant détruite, chaque personne est atteinte psychologiquement et physiquement. Voilà ce à quoi les équipes de Caritas doivent faire face quotidiennement.

En face de ce tableau noir, de ces violences, de ces fatigues, le secret est la résistance en général de la société civile qui mène son combat en silence et dignement.

Nous remercions tous nos partenaires de Caritas et tous les bienfaiteurs, et nous les prions pour qu’ils construisent avec nous la paix en Syrie et dans le Moyen-Orient. »

Mgr Antoine Audo

Témoignage initialement publié sur le blog de Caritas Internationalis


93 000 morts

Selon un rapport publié en juin 2013 par l’ONU et relayé sur Le Monde.fr, au moins 93 000 personnes ont perdu la vie en Syrie, depuis le début de la guerre civile, en mars 2011.


 

© Creative Commons via Caritas Internationalis
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème