Témoignage : « Pas évident d’accepter d’être aidé »

Publié le 24/04/2014
France
 

Olivier menait une vie tranquille. Mais il y a eu l’opération, puis le handicap, et la précarité. Grâce au Secours Catholique, il a commencé sa “seconde vie”, dans laquelle il lui a fallu du temps pour faire les démarches pour obtenir les aides auxquelles il avait droit.

Olivier, 42 ans, ex-artisan qui gagnait entre 3 000 et 4 000 euros par mois dans son “autre vie”, s’est retrouvé en situation de grande précarité il y a cinq ans, à la suite d’une opération qui a mal tourné et l’a contraint à fermer son entreprise. Depuis ce jour, tout a basculé : plus de ressources, plus de logement, et il lui a fallu réapprendre à vivre, malgré une santé précaire.

Avec le revenu de solidarité active (RSA), c’est-à-dire 480 euros par mois, Olivier vit comme beaucoup de Français, pour qui la fin du mois commence… le 5 ! C’est-à-dire une fois payés le loyer et les autres dépenses incompressibles, en particulier les factures énergétiques. « Zéro euro de reste à vivre, dès le 5 du mois, c’est très dur à vivre mentalement, car cela veut dire que l’on ne peut pas boire un café, ni se rendre à un entretien d’embauche… sauf en stop ! », explique Olivier.

C’est une rencontre avec un bénévole qui l’a amené à pousser la porte du Secours Catholique : « Pas évident d’accepter qu’on en arrive là et que l’on a besoin d’être aidé, moi qui ai toujours été autonome dans ma vie », ajoute Olivier, qui a été accueilli dans la permanence du Secours Catholique de sa ville.

Dignité retrouvée

Là, Olivier a trouvé des bénévoles qui ont su l’écouter, lui apporter un soutien matériel d’urgence et l’aider à reprendre confiance progressivement dans la vie. Ce qui lui a permis de monter lui-même son dossier d’allocation aux adultes handicapés (AAH), avec le concours d’une assistante sociale, retrouvant sa dignité et son autonomie sociale et financière. Depuis, Olivier est devenu lui-même bénévole au Secours Catholique, pour aider à son tour les personnes en situation de grande précarité.

© Christophe Hargoues/Secours Catholique
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème