Tissons la Solidarité : défilé aux Arts décoratifs

Publié le 06/11/2013
France
 

Mardi 5 novembre, le Musée des arts décoratifs de Paris accueillait Tissons la Solidarité, association créée par le Secours Catholique, pour une présentation de ses actions d’insertion, de ses partenariats et de quelques unes de ses créations.

Depuis sa création en 2004 par le Secours Catholique, l’association Tissons la Solidarité (TLS) s’est ramifiée en un réseau de 75 structures d’insertion (ateliers, chantiers et entreprises d’insertion) qui emploient près de 2 000 personnes en insertion et 312 salariés permanents. Une success-story qu’a retracée le nouveau président de l’association, Dominique Macquart, lors de la réception organisée le 5 novembre au Musée des arts décoratifs à Paris, en présence de la femme du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Deux petits films diffusés au public donnaient une idée du travail de ces structures : collecte de vêtements, tri, lavage et repassage, couture et enfin commercialisation d’un prêt-à-porter de seconde main dans des boutiques ouvertes à tous. Avec un objectif unique : réinsérer des personnes écartées de la vie active grâce au recyclage textile.

Ces personnes, ce sont essentiellement des femmes dans ce secteur de la couture et de la mode qui, dans le paysage de l’insertion, est pour elles la plus accessible des activités. C’est donc un enjeu important puisque les femmes sont les premières victimes de la crise. Selon le Conseil économique, social et environnemental (CESE), elles représentent 55% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté et 70% des travailleurs pauvres en France.

Une griffe “Tissons la Solidarité”

Cette économie basée sur le recyclage est porteuse. Les Français jettent 700 000 tonnes de déchets textiles, soit 11kg par personne en moyenne. Et seuls 15% sont collectés. Pour valoriser ce recyclage, les actions de TLS s’articulent autour de la formation aux métiers du textile (vente, immersion dans des entreprises classiques, qualifications) ; la sous-traitance pour l’industrie du luxe et pour de jeunes créateurs (ce qui favorise le “made in France”) ; et la griffe “Tissons la Solidarité”, parrainée par le couturier Christian Lacroix, sous laquelle est produite une collection de vêtements en été et en hiver chaque année.

Les chiffres sont encourageants puisque 31% des personnes employées en insertion par TSL ont ensuite été embauchées sous contrat, à durée déterminée ou indéterminée. Un taux supérieur de 8 points à la moyenne nationale (23%).

La présentation de TLS s’est terminée par un défilé d’une dizaine de femmes portant les dernières créations de quelques ateliers du réseau.

 

Jacques Duffaut
© DR
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème